Il était une fois Tome 1

Publié le 10 Avril 2019

Sous-titre : Au douzième coup de minuit

Auteure : Eloïsa James

Editions : J'ai Lu

Genre : Romance, Historique

Nombre de pages :  344 pages

Kate avait toujours cru qu'un baiser consistait essentiellement à poser ses lèvres contre celles de quelqu'un d'autre. Si on lui avait dit que c'était ceci! Un ballet de miel et de feu, une caresse de velours, un plongeon dans un brasier.

Réduite au rang de servante depuis la mort de son père, Kate vit sous le joug de sa belle-mère Mariana. L'odieuse femme va bientôt marier sa fille, Victoria, à un éminent parti, mais avant tout, la future épouse doit être présentée au prince Gabriel. Par un coup du sort, Victoria ne peut se rendre au château. C'est donc Kate qui est envoyée à sa place, déguisée en fin=ancée. Kate va rencontrer Gabriel, un prince aussi charmant qu'arrogant. Un prince pour qui son cœur vacille, mais que le destin s'acharne à lui dérober. Et si un baiser avait le pouvoir de tout changer ?

 

Mon Avis

Cendrillon est mise à l'honneur et bien que je n'apprécie pas forcément ce conte, je dois avouer avoir apprécié. J'ai vraiment été conquise par le lien qu'il y a entre Kate et Gabriel. Ils ont du caractère et rien que pour cela, je dis merci à l'auteure. Les personnages de conte sont souvent très lisses et bien trop parfaits. Le rapprochement entre le couple se fait en douceur mais on sent une réelle alchimie dès le début.

J'ai adoré Henry qui reprend ici le rôle de la Marraine de Cendrillon/Kate. C'est vraiment un personnage haut en couleur. Elle est très drôle et volubile. On sent que malgré les années d'absence, elle veut le bonheur de Kate et fera tout pour elle.

Pour moi, il y aurait quelques petites choses à revoir. Déjà, il est assez long à démarrer. Bon, je suis d'accord qu'il faut poser les bases mais vu que l'on est dans une réécriture de conte, on connaît déjà un peu tout. Au final, le gros bémol, c'est Mariana. Elle est la représentation de la belle-mère mais elle n'est carrément pas exploitée. Alors que pourtant, c'est un axe majeur du conte de Perrault.

Très bonne réécriture. J'ai eu du mal à me placer dans l'espace temps mais cela ne m'a pas dérangé plus que cela. Je trouve juste qu'Eloïsa James n'a pas assez exploité le côté maltraitance que l'héroïne subit dès son plus jeune âge. Ici, c'est un peu mis de côté en partie à cause de l'absence de la belle-mère.

Ma Note : 17/20.

Rédigé par Solaine

Publié dans #Livre

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article